scorpion.gif (1841 octets)
Le Scorpion

 

Fasciné par l'invisible, le secret, le silence et la mort, le Scorpion est parfois troublé par les étranges détours de sa psyché. Vu de l'extérieur l'être paraît compliqué, impénétrable, il s'entoure d'une aura de mystères sur lesquels le profane n'a aucun droit de regard, et laisse volontiers planer le doute sur ses intentions profondes. Aussi, ses compagnons ont-ils l'impression qu'il en sait beaucoup plus qu'il ne veut bien en dire. En réalité, si l'être donne cette impression de mystère, c'est parce qu'il se sent invinciblement attiré par les rouages secrets des mondes objectifs et subjectifs. Seule l'étape Poissons tissera le lien unificateur qui unira dans une même totalité le visible et l'invisible. Alors l'évidence mystérieuse sera partout, plus besoin de "secrets" (Scorpion) pour compenser la naïve perception immédiate du Taureau (le signe opposé).

Scientifique, il tente de percer les secrets de la vie. A une époque où la science espère les découvrir dans les chromosomes il se lance dans l'aventure dangereuse des manipulations génétiques. Homme d'affaires, son attention est captée par les forces occultes générées par la vie ensemble : argent, sexe, espionnage. Psychologue, il se sent invinciblement attiré par le moindre indice révélateur de ses comportements inconscients. Sherlock Holmes de la science, du monde social ou des mondes intérieurs, le Scorpion porte la lumière dans les zones obscures du réel ... à moins qu'il ne se laisse habiter par elles.

Précisons bien ceci, également vrai pour les autres signes : l'inergie Scorpion n'est pas assimilable à une profession, à un individu, ni même à une attitude psychologique dans le sens moderne du terme (l'ego qui désire). C'est une aura dont la qualité intrinsèque pousse l'être qui s'en trouve nimbé (de par sa naissance, les transits, le lieu de son habitat, son attitude mentale...) à aller au delà des choses visibles, rassurantes et connues. Il découle :

a) que les domaines concrets d'intérêt du Scorpion changent en fonction des cultures, des époques et du milieu social, même s'ils ont toujours la même tonalité ;

b) que dire "je suis Scorpion" (ou "je suis Balance") n'a pas beaucoup de sens.

En réalité "l'inergie Scorpion qui me nimbe du fait de ma naissance, mais aussi de mon attitude mentale, de mon environnement... me donne l'opportunité de découvrir les choses cachées en moi et dans le monde, opportunité que je puis saisir ou rejeter, m'accommodant dans ce dernier cas d'une vague angoisse existentielle diffuse". Se laisser ainsi porter par l'inergie Scorpion au niveau socio-culturel revient à se laisser envahir et agir par les conditions chaotiques de son environnement. L'individu est difficile à comprendre pour autrui car il est en contact avec l'inconscient collectif, c'est-à-dire la somme des espoirs, des joies et des peines plus ou moins refoulées de son milieu . C'est un mélange de dévouement et de critique. Capable de grands sacrifices pour une cause à laquelle il s'identifie émotionnellement, il peut être impitoyable dans son ardeur à déblayer les obstacles.

Au plus profond de lui-même, le Scorpion rêve d'une fusion totale avec l'autre. Il aspire à se perdre, ne serait-ce que l'espace d'un instant, dans une communion intense avec l'inergie du plus grand tout. Enfin soulagé des courants de peurs et d'angoisse qui se faufilent autour de lui et en lui, libéré des incessantes tortuosités du mental, son âme s'identifie au va-et-vient mystique de la totalité. L'idéal du couple qui occupait l'esprit de la Balance hante la vie émotionnelle du Scorpion, que ce soit à travers de multiples aventures ou une relation dans laquelle il s'engage totalement, il cherche sans trêve l'âme-sur avec qui il pourra dépasser les limites étroites de son moi. Il sacrifie à cette image tout en ne se faisant guère d'illusions sur la concrétisation d'un tel désir car il connaît trop bien sa propre ombre, et, par suite, celle des autres. Il se forme en lui une méfiance et un pessimisme critique qui ne sont qu'accentuations réalistes des points obscurs de la nature humaine. Des douze grandes inergies zodiacales, la fonction de ce signe est de mettre en lumière ce qui fut occulté et jugé inacceptable par l'individu conscient et par la société. Néanmoins le Scorpion devrait apprendre à faire confiance à l'autre sans vouloir tout contrôler dans la maisonnée. C'est un signe de lutte, il a besoin de situations difficiles pour donner la pleine mesure de lui-même. Au besoin, il se met inconsciemment dans des situations inextricables et développe sa volonté pour en sortir. Il a l'art de compliquer les choses simples et se laisse parfois piéger dans le filet de la complexité. Sa vie est une longue bataille dont seuls les fruits révéleront peut-être un jour la profondeur d'un drame alors révolu.

La mort est l'un des thèmes majeurs qui occupe la psyché d'un Scorpion. Enfant, il peut jouer à retenir sa respiration jusqu'aux extrêmes limites du possible. Adulte, sa vie sera secouée à de multiples reprises par les visites de Thanatos. Ce peut-être la disparition d'êtres chers dans son entourage, le choix d'une profession en rapport avec la médecine (chirurgie, médecine légiste...). Si ce thème est vécu sur les plans intérieurs, l'être se sentira attiré par la psychanalyse. Périodiquement, au cours de sa vie, il tourne la page de son existence pour repartir à nouveau sur des bases neuves. Tel le phénix renaissant de ses cendres, il est capable de brûler la totalité de son passé pour renaître sur une nouvelle terre vierge de toute exploration.

Depuis sa plus tendre enfance, il vit avec le non-dit de son entourage. Il n'a pas besoin qu'on lui dise qu'il est aimé ou haï : il le sent d'instinct. Familiarisé avec le côté sombre de sa vie, il ne réalise pas toujours que les autres signes réagissent différemment, aussi se surprend-il à exprimer avec un sourire des remarques pour lui "normales" que d'autres ressentent comme de la cruauté ou du cynisme. Il est vrai que, au pire, il peut aussi en abuser... Négativement, il se laisse manipuler par les ombres du collectif qui entrent en résonance avec sa propre psyché. Il se laisse alors entraîner vers le gouffre vertigineux de l'autodestruction. Le Scorpion se mure extérieurement alors qu'intérieurement il appelle la Mort et l'anéantissement. Quelque chose en lui sait qu'il lui faut aller jusqu'au bout de la nuit, fusionner avec le voile de l'obscurité pour mieux le traverser. Epopée dangereuse mais ô combien fascinante que celle-ci !

En termes anciens nous dirions que l'étape Scorpion est la confrontation avec le monde des esprits des choses, des gens et des lieux ; alors que le taureau, signe opposé, confronte l'individu avec la résistance de la matière. Le Taureau sent le monde avec son flair, il possède une forte dose de bon sens, se fiant à l'évidence et aux réalités tangibles. Un chat est un chat. Le Scorpion pressent du monde tout ce que celui-ci refuse d'afficher en plein jour : ses angoisses, ses peurs, ses plus grands rêves, ses espoirs secrets. Selon le niveau du vécu, il devient catalyseur qui révèle au grand jour ces inergies ou il se laisse entraîner par le chaos social et/ou intérieur.

 

© Luc Bigé